lundi

Concerts Alberto Neuman (2008)



Lundi 5 et mardi 6 Mai 2008 à 20h30

Alberto Neuman
Piano

« La musicologie en fête »




Alberto Neuman interprète et commente Odeon d'Ernesto Nazareth (14 juin 2007)



Après le triomphe fait à Alberto Neuman en juin 2007 par le public du Ranelagh, le grand pianiste argentin revient dans un programme de mélodrame, genre qu’il aime particulièrement depuis qu’il entendit dans son enfance à Buenos-Aires, un récital où une lecture du Testament de Heiligenstadt était accompagnée par un pianiste jouant des oeuvres de Beethoven.
En seconde partie de ces deux récitals, Alberto Neuman présentera en solo le fruit de ses dernières recherches sur le répertoire classique et romantique, Chopin et Frescobaldi en particulier.



Première Soirée - le 5 mai
1ère partie
Beethoven, Le Testament de Heiligenstadt (conteur, Bertrand Brouder)
- 1er mouvement (Adagio sostenuto) Sonata Quasi una Fantasia op.27 N°2, dite "Clair de Lune"
-
Feuille d'Album "Für Elise"(dite "Lettre à Elise")
-
Menuetto in Sol
-
"Nel cuor più non mi sento", thème de Paisiello et Variation VI
LIRE LA NOUVELLE TRADUCTION PAR BERTRAND BROUDER

Bach,
Praeludium, cahier Anna Magdalena (N°1 Clavier bien Tempéré, BWV 846)

Chopin, Six Etudes de l'opus 10 et 25
- Etudes
Op.10: N°1, N°2, N°5 (sur les touches noires)
- Etudes
Op.25: N°1 (dite de "l'Harpe Eolienne"), N°2, N°11 (dite "Le Vent d'Hiver")

2ème partie
Chant Grégorien, par Guido d'Arezzo: Hymne à St.Jean (Ut Re Mi Fa Sol La S.I.)
Frescobaldi, Canzone IV, pour instrument à clavier (inédit collection Neuman-Garofalo)
Scarlatti, Esercizio per gravicembalo en Re mineur, dit "Pastorale", K.9
Grazioli, Adagio en Sol mineur, 2ème mouv. Sonate en Sol Majeur, op.1 N°11 (version-réalisation harmonique d'Arturo Benedetti Michelangeli)
Matos-Rodriguez, La Cumparsita (version A. Neuman)
Scott Joplin, Solace, A Mexican Serenade
Piazzolla, Libertango
Juan Bautista Alberdi, Figarillo
Debussy, Arabesque N°1
Nazareth, Apanhei-te Cavaquinho (version A. Neuman)


Seconde soirée - le 6 mai
1ère partie
Exercices techniques de préparation en public (Hommage à Vladimir de Pachmann)

Bach-Neuman, "Jesus bleibet meine Freude" (Jesu, que ma joie demeure), Choral de la Cantate 147
Bach:
- Trois petits Préludes: Do Majeur, Do Majeur, Do mineur
- Trois Inventions à deux voix: N°1 Do Majeur BWV 772, N°8 Fa Majeur BWV 779, N°13 La mineur BWV 784
-
Sinfonia à trois voix N°11 Sol mineur BWV 797
-
Prélude et Fugue Do mineur, à trois voix, 1er Vol. Clavier bien Tempéré, BWV 847
Bach-Busoni, "Nun freut euch,lieben Christen g'mein"(Réjouissez-vous, Chrétiens bien-aimés), Prélude pour Choral d'orgue, BWV 388

2ème partie
Ginastera, Milonga "del arbol del Olvido" (paroles Silva Valdés)
Piazzolla, Trilogie de l'ANGE: Milonga del Angel, Muerte del Angel, Resurreccion del Angel
Nazareth, Odeon, Tango brasileiro
Giuseppe Benedetti Michelangeli, Carillon

Mikis Théodorakis, Thémes du "Canto General" de Neruda ("Vegetaciones') et de la Cantate "Mauthausen"
Ariel Ramirez, "El Pajaro Campana", folklore argentin indigène
Grégory Veux, "Pull mélodique" et "L'échelle de Richter" (chant: G.Veux, piano: A. Neuman)





ALBERTO NEUMAN


Alberto Neuman est né à Buenos Aires où il étudia le piano avec Galia Schalman. Il vint ensuite se perfectionner à Rome avec Carlo Zecchi et recueillit également l’enseignement de Wilhelm Kempff, de Walter Gieseking et de Frank Martin. Mais c’est Arturo Benedetti Michelangeli qui fut son maître. Il le conseilla durant de nombreuses années et dit au sujet d’Alberto Neuman : « Il a fait un trésor de mon enseignement ». La carrière d’Alberto Neuman commença après sa victoire au concours Viotti en 1961. Sur les recommandations de Michelangeli, il a étudié à l'Institut Pontifical de musique sacrée à Rome avec en particulier trois ans de sémiologie grégorienne auprès de Dom Eugène Cardine. Dans les années 70, Alberto Neuman fût le pianiste de Mikis Théodorakis. Il a enseigné à Rome, à Paris et à Angoulême. Ses disques paraissent chez Arion et Buda. Il a reçu récemment la médaille d’or du festival d’Osaka. Piazzola disait : « la Résurrection de l’ange est devenue un classique sous les doigts d’Alberto ». Alberto Neuman est en train d’achever un ouvrage consacré aux fondements de la technique d’Arturo Benedetti Michelangeli, qui sont restés encore méconnus selon lui. Son approche vivante et réfléchie de la musique, dans laquelle l’étude des aspects techniques se mêle à une recherche de la transmission du savoir dirigée a fait qu’au cours des années le concertiste Alberto Neuman au style particulier et reconnaissable entre tous est devenu également une des plus illustres figures de la pédagogie.

Lire l'entretien avec Alberto Neuman

« Le merveilleux théâtre Le Ranelagh révèle toute la fantaisie géniale d’Alberto Neuman. Ce pianiste argentin, élève de Michelangeli, joue à la manière hautaine et extravagante d’un grand prêtre inca. Du piano incandescent et rituel »
(Olivier Bellamy, Le Monde de la musique, après le récital du 14 juin 2007)


« Personnage atypique, inclassable, excentrique… Aucun qualificatif ne saurait résumer la personnalité d’Alberto Neumann. Peut-être est-ce le terme « fellinien » qui permet de l’approcher au plus près. Le nom de l’artiste d’origine argentine n’est connu que d’un petit cercle d’aficionados du clavier. (…) Si vous vous rendez au Ranelagh, faites-le en abandonnant vos critères d’appréciation habituels. Soyez prêts pour la surprise, l’inattendu... Une seule chose demeure absolument certaine : pas une goutte d’eau tiède ne coulera durant la leçon de liberté que nous réserve Alberto Neuman. »
(Alain Cochard, Concert Classic, juin 2007)





"… Alberto Neuman non seulement respecte la partition, mais il l'inspecte, la réinvente, semble la réécrire devant nous, note après note, tenant compte de leur logique intervallaire ; il balaie d'un geste quasi électrique toute vibration trop prolongée, il sculpte l'espace et modèle, au burin, au pinceau, ses plans sonores qui surgissent dans une totale surprise. Extenseurs, fléchisseurs, chaque doigt a son mot à dire, sa caresse définie, son intervention précise, hautement calculée, puissamment désirée, mais dans une rigueur tellement maîtrisée que la musique devient libre, souple, belle, envoûtante."
(Catherine Imbert, La Lettre du Musicien, 229, novembre 1999, p.31)

Photos: Alberto Neuman au Ranelagh le 14 juin 2007. © Romain Boutillier.

Pour en savoir plus sur Alberto Neuman : http://alberto.neuman.free.fr/



Théâtre le Ranelagh - 5, rue des Vignes-Paris XVI
Métro La Muette ou Passy RER Boulainvilliers
Bus52, 32, 22 Parking 19 ou 80 rue de Passy
Tarifs: 30/22 euros/- 26 ans: 10 euros
Réservation: 01 42 88 64 44 ou www.theatre-ranelagh.com



Nous tenons tout particulièrement à remercier
l'Hôtel le Hameau de Passy
48, rue de Passy (Paris XVI)
Devenir Mécène des Concerts Weltkunst

A écouter: Alberto Neuman interprète:
1 - Apanhei-te Cabaquinho de Nazareth
2 - La Cumparsita de Matos-Rodriguez (Version Neuman)
3 - La Terrasse des audiences au clair de lune de Debussy
4 - L'étude op.25 n°1 de Chopin